Massif du Mont blanc – Initiation et perfectionnement à l’Alpinisme [15/17 juin et 21/23 juin]

Les alpinistes, Emmanuel, Sandrine, Timothée, Frédéric, Joël, Alain (D), Laurence (G), Patrice, Nicolas, Pascal, Anne-Cécile, Monique, Sophie, Xavier, Eve, Pierre-Louis, Vincent, Yvan, Alain (T), encadrés par Christophe, Fred, Aurélie, Stéphane, Jean-Luc, Sylvain, Laurence (M), André, Philippe, Ludovic (un grand merci à eux !), ont participé aux deux week-ends de trois jours d’initiation et de perfectionnement à l’alpinisme dans le massif du Mont blanc.

Du 15 au 17 juin : la première moitié des vingt participants, au départ de l’Aiguille du midi,  a traversé le glacier du Géant et remonté au Col de Toule en direction du Refuge Torino,  une « mise en jambe ». Le lendemain, un lever très matinal (deux heures !) nous a permis de gravir très tôt le couloir de la voie normale de la Tour ronde (3792m) et d’admirer le panorama à son sommet vers 7h00.

Revenus sur le glacier, nous avons décidé d’entreprendre une seconde course et avons ainsi parcouru l’arête menant à l’Aiguille d’Entrèves (3600m).

Le lundi, après avoir retraversé le glacier du Géant nous avons gravi l’Arête des Cosmiques (3842m). Le parcours, technique et engagé du fait de la neige,  fut très formateur pour les dix « apprentis » qui s’en sont sortis, comme la veille, « haut la main ».

Après un intermède de quatre jours au cours duquel certains animateurs se sont fait plaisir en entreprenant la traversée Midi-Plan, l’Aiguille Verte par le couloir Whymper et la traversée des Courtes, le second groupe a rejoint la gare du Montenvers.

Du 21 au 23 juin : la montée au refuge du Couvercle, le vendredi après-midi, avec sa remontée de la Mer de glace, ses volées d’échelles et sa longueur fut déjà une course.

Le lendemain, ayant décalé le départ (9h00) pour cause de pluie, nous avons grimpé dans l’Aiguille du Moine (3412m). Après un délicat passage de rimaye, nous avons, en alternance, « tiré des longueurs » et progressé « à corde tendue », ceci jusqu’au deux tiers de la voie normale : un bon apprentissage technique et des sensations « rugueuses ».

Le dimanche, levés à 3h00, nous avons gravi La Nonne (3340m) jusqu’à son sommet, une belle course de rocher dans laquelle chacun s’est résolument employé.

Notre nombre et certains passages délicats ont allongé le temps de la descente. Revenus au refuge à 18h30, nous avons rejoint Chamonix vers 2h30 du matin après plus de 22 heures de « montées et de descentes ». Un bel effort pour une bonne expérience.

Ces six journées furent denses en apprentissages et physiquement intenses. Solidarité des cordées et partage des émotions furent au rendez-vous. Merci à tous !

La traversée de l’Arête des Spitzkoepfe [initiation à l’alpinisme – 25/05/2013]

Situées près du Hohneck au Sud du Wormspel, les « Spitz » sont une course d’arête rocheuse. On y enchaîne, en restant sur le fil, en terrain d’aventure, une série de gendarmes plus ou moins difficiles à escalader (quelques pas de blocs) sur 850m de développé et 250 m de dénivelée ;  certaines portions étant aériennes, l’« ambiance » est là.

Encordés à trois, nous y avons progressé principalement « corde tendue » avec des assurances en progression (becquets, sangles, coinceurs). Sur la première partie du parcours, le rocher était mouillé et quelques averses de neige sont tombées : la progression en « grosses » (chaussures) et avec des gants nous a – involontairement – familiarisé avec les conditions que l’on peut rencontrer en haute montagne.

 

L’après-midi, le rocher a séché, quelques éclaircies sont apparues, et nous avons terminé plus « confortablement » cette longue sortie d’apprentissage.

Merci  aux vingt et une personnes (Sandrine, Timothée, Marie-Hélène, Frédéric, Joël, Alain, José, Nicolas, Patrice, Pascal, Anne-Cécile, Monique, Sophie,  Xavier, Fatima, Pierre-Louis, Vincent, Marek, Yvan, Alain, Jean-Philippe) s’initiant à l’alpinisme  pour leurs efforts, leur engagement et leur bonne humeur.

Merci, cette fois encore, aux alpinistes encadrants (Stéphane, Christophe, Philippe et Aurélie) pour leur présence, leur attention et leurs conseils.

 

Initiation à l’alpinisme (02/02/13)

Les conditions étaient hivernales sur les crêtes vosgiennes ce samedi 02 février 2013 et donc adaptées à l’apprentissage de l’alpinisme en haute montagne.

Les participants ont ainsi pu  découvrir ou réviser les techniques de progression et de sécurité, objets de cette journée d’initiation à l’alpinisme sur terrain neigeux.

Quarante et une personnes dont neuf encadrants du CAF Nancy ont parcouru les pentes du Falimont et des couloirs au Nord du Hohneck.

Merci à tous pour cette participation active et particulièrement aux encadrants concentrés sur la formation et attentifs à la sécurité de leurs partenaires de cordées.

Le prochain rendez-vous d’apprentissage sera consacré à l’alpinisme en terrain rocheux.

Alpinisme dans le massif du Mont blanc (07/12)

Parmi les nombreuses sorties réalisées lors du rassemblement estival du CAF de Nancy, il y en eut de belles en alpinisme. Voici quelques images de celles auxquelles j’ai participé (du 16 au 26 juillet 2012) :

– « Les Courtes » [3856m] voie normale (face Sud), AD, course de neige

 

– « Aiguille du Moine » [3412m] par l’Arête Sud (classique), D- (5c), TA, difficultés 400m

 

– « Aiguilles Crochues » [2840m], sommet Sud par la voie Ravanel (400m, 5c, 15 longueurs équipées)

 

– « L’île aux Razmokets » dans le vallon à Bérard, grande voie d’escalade (350m, 5b, 12 longueurs équipées)

 

– « Dent du requin » [3842m] par la voie Renaudie, D (5c), TA, difficultés 600m

Mes partenaires de grimpe dans ces voies :

Alpinisme – Initiation – « Bishorn et Diablons »

[Les deux sommets du Bishorn. Notre objectif: celui de droite (à l’Ouest) 4153m]

A la suite des journées  d’initiation et de perfectionnement à l’alpinisme sur « neige » dans les Vosges en  janvier et sur « rocher » en mai (présentées dans ces pages), la sortie d’application dans les Alpes s’est déroulée à la mi-juin.

[Cordée en vue du sommet du Bishorn]

Le vendredi 15 juin, après le trajet jusqu’à Zinal, nous avons débuté ce dense week-end d’alpinisme par une longue et rude montée (1600m de dénivelée) jusqu’à la Cabane de Tracuit (refuge du Valais suisse).

[En montant au refuge, la Cabane de Tracuit]

Le lendemain, nous nous sommes levés à 4h00 pour entreprendre l’ascension neigeuse du Bishorn (4153m).

[Dans la montée du Bishorn]

Après 5 à 6 heures d’effort soutenu chacun a posé le pied sur le sommet offrant un panorama exceptionnel notamment sur l’arête Nord du Weisshorn.

[Arête du Weisshorn vue du sommet du Bishorn]

Dimanche, avant la longue redescente à Zinal et le retour à Nancy, nous avons gravi l’arête rocheuse puis neigeuse des Diablons (Diablon des Dames, 3538m).

[Sommet du Diablon des dames (3358m)]

Par cordées de trois, nous avons progressé  corde tendue avec pose de points d’assurage, assurance dynamique, descente en rappel et en désescalade.

[En prise inversée dans l’arête rocheuse des Diablons]

[Rappel de 50 m dans les Diablons, « utile et pédagogique »]

Deux belles courses en haute montagne à l’actif des participants ; c’est-à-dire les encadrants, Laurence, Stéphane, Jean-Luc, Jean-Jacques et André et les « apprentis », Valérie, Aurélie, Christian, Pascal, Sophie, Lorraine, Sébastien, Arnaud, Frédérique et Alexandra  qui ont, toujours avec le sourire et souvent avec courage, atteint ces sommets.

Alpinisme – Journée d’initiation et de perfectionnement « rocher » dans les Vosges –– 12 mai 2012

Les cinq animateurs ont encadré, de 9h30 à 19h30, les vingt et un « apprentis alpinistes » aux prises avec les murs de granit de la falaise de la Martinswand.

Le programme de la journée a consisté à associer progression effective et explications techniques :

– la descente en rappel avec confection de l’ancrage nécessaire et précautions à prendre (notamment le lancer et le risque de « coinçage » de la corde ou encore les dispositifs d’assurance).

– la progression « corde tendue » avec pose de points (becquet, arbre, coinceurs) et anticipation des chutes potentielles.

– l’escalade avec assurances (du premier, du second, « en flèche ») et confection de relais adaptés aux conditions rencontrées.

L’objectif visé étant de parvenir progressivement à une autonomie dans ces pratiques, autonomie indispensable pour les « vraies » sorties alpines. Chacun a, avec enthousiasme et application, tenté d’atteindre ce but, généralement avec succès.

Un week-end de trois jours dans les Alpes en juin permettra de clore ce cycle d’initiation et de perfectionnement à l’alpinisme en mettant en application « sur le terrain » les différentes techniques présentées en janvier (neige) et mai (rocher) tout en partageant deux courses en haute montagne.