Ski alpinisme dans le massif du Dévoluy (2/8 mars 2014)

800×600

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;}

 Dévoluy-Blog4

Pour notre cinquième séjour d’initiation et de perfectionnement au ski de randonnée, nous avons choisi le massif du Dévoluy. Hébergés au gîte « Liéraver », situé à Saint Etienne en Dévoluy, nous avons rayonné vers les sommets environnants. L’ambiance fut amicale, les « skieurs de rando » volontaires et solidaires et les montagnes belles à parcourir ! L’enneigement était excellent et les risques d’avalanche du début de la semaine se sont réduits en même temps que le soleil s’installait. A partir du mercredi, les conditions étaient parfaites.

Dévoluy-14-277

Nous avons bénéficié de magnifiques points de vue au cours de ces sorties :

Dévoluy-blog1

– le dimanche, nous avons effectué une mise en jambe (700m de d+) au « Gigon » (2086m), avec un passage ardu en forêt et une arrivée au-dessus de la mer de nuages.

Dévoluy-14-400[au sommet du Gigon]

– le lundi, sous quelques flocons, nous nous sommes dirigés vers le Col de Rabou (1890m) avant d’être arrêtés par une avalanche de plaque. Comme à d’autre moments au cours du séjour, nous avons remonté des pentes supplémentaires pour profiter d’une neige très agréable à skier, notamment en forêt.

Dévoluy-Blog2

– le mardi, notre tentative à la Tête d’Oriol (2334m) fut interrompue  en raison du risque d’avalanche ; une initiation à la recherche de victimes d’avalanche a très utilement complété cette journée.

Dévoluy-14-600[sortie de la Combe Ratin]

– le mercredi, nous sommes monté jusqu’au « Pas du Follet » (2170m) par le sauvage Vallon d’Ane ; l’arrivée au col, plus raide, nous a permis de vérifier la qualité de nos conversions.

Dévoluy-14-138[le vallon d’Ane (et le Pic de Bure)]

– le jeudi, nous avons parcouru une superbe boucle (1250m de dénivelée) : montée par le vallon de la Pisse jusqu’à « La Rama » (2379m), descente dans le vallon des Aiguilles et remontée au « Chauvet » (2062m) par le Collet.

Dévoluy-Blog3[En montant à la Rama (1) et au Pas du Follet (2 et 3)]

– le vendredi, l’observatoire du Plateau de Bure (2564m) a été atteint en passant par le vallon de Corne, la « traversée héroïque » – un chourum parcouru avec skis sur le sac, piolets et crampons – et la Combe Ratin ; un itinéraire magique !

Dévoluy-14-254[la « Traversée héroïque », chourum, vallon de Corne]

– samedi, pour finir, nous avons gravi « Rocher Rond » (2453m) avant notre retour dans les plaines de l’Est.

Dévoluy-14-219[descente dans le vallon des Aiguilles]

Une belle semaine partagée avec  Marie-Hélène, Dominique, Alain, Michèle C., Timothée, Christophe, Anne, Claude, Emmanuelle, Martine, Laurence G., Stéphane, Jean-François, Mireille, Michèle K., Eve, Christine, Cécile, Marcelle, Philippe, Maximilien, Frédérique et Laurence M.. Dévoluy-14-227        [arrivée au Chauvet]

Raid à ski – Massif du Tödi – 23/26 avril 2013

 

Arrivée de Pierre au sommet du Piz Russein (3614m)

800×600

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;}

Qui ? Bernard, Aurélie, Pierre, Sylvain, Jocelyn, André, Vincent, Ludovic.

Où ? Dans le massif du Tödi en Suisse. Un massif discret et consistant… à découvrir !

Quand ? Du 23 au 26 avril 2013. Entre deux phases de mauvais temps neigeux… d’où un parcours resserré.

Comment ? Essentiellement, à ski de randonnée. Accessoirement, des approches à pied, quelques passages à crampons et… deux rappels.

Pourquoi ? Parce que, sur la carte, ça semblait « fort joli », parce que le ski de rando est une pratique à accoutumance, parce qu’on avait bien anticipé le bien être ressenti.

Arrivée de Vincent au sommet du Gross Shärhorn (3295m)

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;}

800×600

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;}

 

Dates

Itinéraire réalisé

Dénivelées

Ma 23 avril

Nancy,  Linthal, Fridolinshütte

+1300m

Me 24 avril

Fridolinshütte, Piz Russein (3614m), Porta da gliems, F. da Punteglias, Camona da Punteglias

+1800m           -1450m (400+550+500)

Je 25 avril

Camona da Punteglias, F. da Punteglias, Val Gronda da Russein, Sandpass, Planura Hütte

+1700m            – 1000m

Ve 26 avril

Planura Hütte, Gross Shärhorn (3295m), Linthal,  Nancy

+700m                -2500m (300 + 2200)

 

Quelques images de ce court mais dense raid:

Montée à la Fridolinshütte, vers 2000m (le Tödi en arrière plan)

Glacier « Bifertenfirn », vers 2600m, en direction du Piz Russein (3614m)

Glacier « Bifertenfirn », vers 3100m, en direction du Piz Russein (3614m)

Aurélie au col du Sandpass (2780m)

Bernard, en approche, 2900m, de la Planurahütte. En arrière plan, le Piz Cazarauls (3063m)

L’épaule du Gross Schärhorn (3294m)

Aurélie et Sylvain sur l’Hüfifirn, vers 2850m, en direction du Claridenpass

En bordure du « Sandfirn » après le Sandpass, Jocelyn descend en rappel dans le Val Gliems, Ludovic monte à crampons le Schneerus (en bordure du Bifertenfirn), coucher de soleil au pied du Gross Schärhorn

Une belle fin de saison de ski de montagne!

Ski alpinisme en Silvretta (22/25 mars 2013)

Emmanuel, Stephanie, Aurélie, Stéphane, Sylvain, Xavier, Laurence, Vincent (R), Vincent (T), Ludovic et moi avons skié quatre jours en mars dans le massif de la Silvretta (Autriche).

Malgré une météo moyenne nous avons parcouru l’itinéraire envisagé (ou, comme le soulignent certains, « grâce à une météo moyenne nous nous en sommes presque tenus l’itinéraire envisagé »…) :

22 mars : Nancy / Guarda (1340m), Chamonna Tuoï (2250m)

23 mars : Chamonna Tuoï (2250m), Hintere Jamspitz (3156m), Jamtal Hütte (2165m)

24 mars : Jamtal Hütte (2165m) Col Ochsenscharte, Dreiländerspitze (3197m), Wiesbadener Hütte (2443m)

25 mars : Wiesbadener Hütte (2443m), Piz Buin (3312m), Guarda, Nancy

 

Pour accéder à l’Hintere Jamspitz (3156m), et basculer de Suisse en Autriche, nous avons dû franchir le Jamjoch (col) dont les trente derniers mètres très raides  ont nécessité la pose d’un relais et une montée « avec assurance » en crampons avec les skis sur le sac.

A la descente, la neige était excellente. Elle nous a incités à « repeauter » pour monter jusqu’au Fuorcla Chalaus et goûter les 600m de descente en neige fraîche avant de gagner  la Jamtal Hütte (grand refuge très peuplé).

Le lendemain, la montée au Dreiländerspitz (3197m) [à la frontière de trois « pays » : Grisons (Suisse), Tyrol et Voralberg (Autriche)], s’est faite sous un ciel couvert et quelques flocons. Un peu plus de 1000m de dénivelée dont les cent derniers mètres s’effectuent, par mesure utile de sécurité, avec corde, piolet et crampons.

La descente jusqu’à la Wiesbadener Hütte était moins agréable à skier que la veille. Le Piz Buin (3312m) était l’objectif du dernier jour. Nous avons pris pied (ski) sur l’Oschsentaler Gletscher en contournant les séracs de sa partie basse. De même que la veille, après avoir déposé les skis au plus haut, nous nous sommes encordés pour gravir, avec piolet et crampons, les deux cents derniers mètres.

Peu de risque ce 25 mars d’être, comme Franz Greiter, en 1938, sévèrement brûlés par le soleil sur le Piz Buin, et donc d’inventer un produit à même protéger la peau des effets néfastes du soleil ; la visibilité de plus en plus restreinte nous a même conduit à « couper » par la pente raide du Fuorcla Buin pour plonger directement sur la Chamonna Tuoï (refuge suisse du 1er jour) et, de là, regagner Guarda notre point de départ.

Un court raid dense et complet, un beau moment alpin et sympathique. Merci aux alpskieurs complices.

Ski alpinisme à Ceillac (Queyras)

Dans la semaine du 25 février au 3 mars, la « Tête de Girardin », la « Pointe des Marcelettes », le « Col du Queyrellet », la « Crête de Panestrelle », la « Crête des Chambrettes » ont été atteints par Eric, Bernard, Marie-Hélène, Michèle, Aurélie, Patrick, Christophe, Alain, Emmanuelle , Laurence, Stéphane, Anne-Cécile, Jean-François, Claude, Mireille, Eve, Vincent, Philippe,  Maximilien et Ludovic encadrés par Laurence et André.

Plus de 5000 mètres de persévérance vers l’amont et autant de belles glissades vers l’aval ont contribué à faire de ce séjour de ski alpinisme dans le Queyras un moment de plaisir ; l’excellente ambiance, l’entraide entre nous, initiés ou apprentis, et le parfait accueil du gîte « Le petit chalet » ont complété ces agréables sensations.

Que chacune et chacun en soit remercié et à bientôt !

 

Quelques images supplémentaires de nos ascensations

 

En montant à la Tête de Girardin :

 

En montant à la Pointe des Marcelettes :

 

En montant au Queyrellet :

 

En montant à la Crête de Panestrelle (près du Pic des Escreins)

Avec de l’initiation à « l’alpinisme à ski »

 

En montant à la Crête des Chambrettes (au-dessus du Col de Bramousse) :

 

En montant à la Tête de Jacquette (au-dessus du Col des Estronques) :

 

Une bien belle semaine donc!

 

 

 

Ski alpinisme – De Chamonix à… Chamonix (7/10 avril 2012)

Les cartes sont dépliées, les mauvaises conditions météorologiques et nivologiques sont hélas annoncées et nous réfléchissons, recomposons, envisageons, déformons les itinéraires qui nous permettraient de zigzaguer entre les risques d’avalanche et les chutes de neige… « Très aléatoire et finalement vain », nous le savons, mais il nous faut tout examiner avant de l’admettre. Et puis, nous renonçons finalement, dans ce refuge suisse, au Chamonix Zermatt envisagé.

Restent de cette escapade de quatre jours : une belle et classique montée au Col du Chardonnet au départ de la gare de Lognan…

une descente, en deux temps, mais toujours sans visibilité du glacier de Saleina,…

une balade entre forêt, barrage et pentes enneigées, du côté d’Emosson (du village de Finhaut en Suisse à l’entrée de la belle Gorge de la Veudale en contournant l’Aiguille de Van)…

et une ascension soutenue du Buet (3096m), mille huit cent mètres de dénivelée pour atteindre ce belvédère permettant notamment d’embrasser du regard le grandiose panorama du massif du Mont Blanc.

Reste aussi une entente entre partenaires souriants, tenaces et « sages » ; Laurence, Bernard, Jocelyn, Ludovic, Pierre et Vincent, rendez-vous à la prochaine tentative de rallier Chamonix à Zermatt par une route haute et personnalisée.