Ski alpinisme dans le Massif du Mont Rose (11/16 avril 2022)

Aurélie, Manu, Stéphane, Mathieu, Philippe et moi avons fait un petit tour dans le massif du Mont Rose. Après une nuit au camping de Täsch, nous avons utilisé le télécabine du Klein Matterhorn et entrepris notre itinéraire en altitude entre Italie et Suisse. La météo fut au beau fixe. En revanche, la glace couvrant une partie de l’itinéraire nous a obligé le deuxième jour à contourner le Castor et à un détour par le Sud. Le Mont rose (Pointe Dufour 4634m, photo ci-dessus), le cinquième jour, fut le point culminant et marquant de ce raid.

Ci-dessous quelques images jour par jour de ce beau parcours.

Lundi 11 – Zermatt – Breithorn (4163m) – Traversée vers l’Est avec passage sous Roccia Nera et Pollux – Rif. Guide d’Ayas

Mardi 12 – Rif. Guide d’Ayas – Col de Bettolina supérieure (3100m) – Col Bettaforca – Stafal – Endrespetz – Rif. Gnifetti

Mercredi 13 – Rif. Gnifetti – Pyramide Vincent (4215m) – Rif. Gnifetti

Jeudi 14 – Rif. Gnifetti – Pointe Gnifetti (4554m) – Grenzgletscher – Monte-Rosa Hütte

Vendredi 15 – Monte-Rosa Hütte – Mont Rose (4634m) – Monte-Rosa Hütte

Samedi 16 – Monte-Rosa Hütte – Stockhornpass (3382m) – Zermatt

Il y avait donc

Ski de randonnée dans les Aravis (février 2022)

Nous avions réservé un hébergement dans les Alpes du Sud mais l’absence de neige nous a contraint à trouver une solution de rechange dans les Alpes du Nord. Les données étaient complexes : enneigement correct seulement au Nord des Alpes du Nord, trente-cinq personnes, vacances scolaires… Après de nombreuses recherches, nous avons trouvé un gîte susceptible de nous accueillir du lundi 14 au vendredi 18 février au Reposoir (dans la montée du Col de Colombières), le Gîte du Passant. Finalement, ce dernier recours s’est avéré parfait. Il n’y avait que nous dans le gîte, le bâtiment était chaleureux, la nourriture remarquable et l’accueil excellent. La météo le fut moins mais n’entama pas le plaisir et nous avons pu sortir chaque jour ou presque.

Nous avons visité : Tête de la Sallaz (2026m), Pointe du Château (2104m), Tête d’Auferrand (1981m), Lac de Peyre (2080m)

Tête de Sallaz
Pointe du Château
Tête d’Auferrand
Lac de Peyre

Tristan, Emmanuel, Marie-Odile, Catherine, Lionel, Pierre, Boris, Michel, Christophe , Delphine, Marc, Anne, Aurélie, Francine, Arnaud, Emmanuelle, Anne, Stéphane, Stéphanie, J-François, Manon, Julien, Sylvain, Henri, Julien, Marc, Philippe, Céline, Delphine, Jean-Baptiste et André y étaient.

Vélo dans le Val d’Aoste (août 2021)

Nous fûmes treize (Sylvie, Michel, Julie, Wayne, Ghislaine, Jo, Claudine, Bernard, Véronique, Philippe, Eric, Jean-Marc et André) à parcourir les différentes vallées remontant vers le Sud ou vers le Nord à partir de la vallée d’Aoste (Valgrisenche, Rhêmes Notre Dame, Valsavarenche, Cogne, Valpelline, Valtournenche). Basés près d’Aoste nous avons goûté les douceurs de l’Italie et les beaux paysages alpestres de la région (du 22 au 28 août).

Quelques images probantes :

Mont blanc (4810m)

21 juillet 2021 – Itinéraire des « trois monts »

« Une fabuleuse aventure humaine !!!

Ces six jours passés ensemble ont été magiques… intensité incroyable… un groupe super soudé, une ambiance au top, un programme d’Alpi à couper le souffle et l’apothéose de tout ça, cette arrivée à quinze au sommet du Mont Blanc !!!

Merci à André, Stéphane, Sylvain, Céline pour l’organisation, le choix de l’itinéraire, la responsabilité de l’encadrement, tout… Merci à tous pour votre gentillesse, pour cette ambiance de groupe… tout cela a contribué à nous mener tous tout là haut.

Ce projet, parti d’une soirée d’anniv (merci Anne C !) était un rêve pour moi… grâce à vous en plus d’avoir dans mes yeux pleins d’étoiles, j’ai plein d’images de cimes enneigées, d’arêtes, de lever de soleil au Mont Maudit, de cette interminable montée mais surtout de quinze sourires éclatants à 4810 mètres.

Encore un grand merci !!! »

Sandrine (23/07/21)

Nous partîmes à quinze et par un bel effort

Nous nous vîmes à quinze en arrivant au port

Mont Blanc (4810 m) par l’itinéraire des « 3 Monts »

Refuge des Cosmiques (3613m) / Col du Midi (3522m) – Ascension du Mont Blanc du Tacul jusqu’à son épaule (4070m).  Légère descente au col Maudit (4029m). Ascension du Mont Maudit jusqu’à son col (4345m). Traversée descendante jusqu’au col de la Brenva (4303m). Montée du Mur de la Côte (4460m) et enchaînement sur la pente finale jusqu’au sommet (4810m).

Col du Mont Maudit

Col de la Brenva

Descente par la voie « normale » : Arête des Bosses, abri Vallot, col du Dôme, Dôme du Goûter, Aiguille et refuge du Goûter.

Descente (le lendemain) : Aiguille du Goûter, Glacier de Tête rousse, Nid d’Aigle.

Les cordées

Les « summiteers » 🙂

Sandrine, Anne-Cécile, Stéphane, Vincent, Delphine, Jean-Philippe, Julien, Céline, Nicolas, Delphine, Sylvain, Frédérique, André, Anne, Thierry

Dent du Géant (4013m) 19/07/21

Dans le cadre de notre acclimatation pour le Mont blanc, nous avons profité de conditions idéales pour escalader la Dent du Géant (Face SW par les plaques Burgener 150m, D). Une grande classique que nous avons gravie en chaussons d’escalade sans utiliser les cordes fixes.

Un beau moment d’alpinisme partagé par trois cordées : Anne, Nicolas et Sylvain ; Delphine et Julien ; Thierry et André.

La « salle à manger », « gencive » de la Dent… (dépôt du matériel d’alpinisme (crampons, piolet,…) utilisés depuis le Refuge Torino (500 mètres de dénivelée avec un raide couloir de neige et une section de mixte parcourue corde tendue)

Première longueur (5C/A0); les suivantes oscillant entre le 4a et le 5c.

Granite! Un régal.

Les « plaques Burgener »

Le pas « peu prisu » de la quatrième longueur.

La Pointe Graham (sommet).

La Pointe Sella (4009m) vue depuis la pointe Graham (4013m)

Sommet. A l’arrière plan les Grandes Jorasses (vers l’Est).

Arêtes de Rochefort vues depuis le sommet de la Dent du Géant.

Vue du sommet (vers l’Ouest). Au premier plan, la pointe Sella. A l’arrière plan (de droite à gauche) le Mont blanc du Tacul, le Mont Maudit et le Mont blanc (notre objectif du surlendemain).

Le premier des trois rappels qui ramènent à la salle à manger. Il est situé entre les deux pointes au pied de la première.

En bas, avec les sourires !

Week-end alpinisme en Vanoise (10/12 juillet 2021)

Lors du week-end d’initiation et de perfectionnement « alpinisme » nous avons gravi cette année le Grand bec (3399m) dans le massif de la Vanoise.

Partis de Plan Fournier, nous avons rejoint, le samedi, le Refuge du Plan des Gouilles (accueil de qualité).

Le dimanche, montant vers le Sud (Combe des côtes vertes) nous avons atteint un col à 2819m qui nous a permis d’accéder au Glacier de Troquairou.

Glacier que nous avons remonté jusqu’à arriver sous le sommet en rocher facile que nous avons escaladé (3399m).

Nous avons ensuite longé l’arête vers les Sud Ouest (Grand Bec/Pointe du Vallonnet) d’abord en neige puis en rocher.

Un long et parfois délicat cheminement suivant « au mieux » le fil de l’arête nous a mené jusqu’à un col à partir duquel nous sommes descendus dans des pentes de neige (ancien glacier de la Vuzelle) parfois raides (50°).

Après avoir quitté les derniers névés, nous avons rejoint un sentier conduisant au refuge du Grand bec (accueil tonique et sympathique).

=> Une longue journée avec des apprentissages variés. Une très belle course.

Le lendemain, avant de reprendre la route, nous avons escaladé la Pointe de Méribel (2830m), par la voie « Les Gallinettes » (AD, 5A) et parcouru son arête Est.

L’ambiance de ce week-end était excellente et chacun a excellé. « En furent », Sandrine, Céline, Anne, Stéphane, Anne-Cécile, Stéphanie, Julien, Benjamin, Sylvain, Emilio, Céline, Fred, Jean-Baptiste, Marc et André.

Ski alpinisme en Tarentaise (Février 2021)

Le raid en étoile programmé en février ayant été annulé (par le gîte qui ne pouvait nous accueillir du fait des restrictions sanitaires), une partie du groupe (Aurélie, Manu, Céline, Jean-Baptiste, Delphine, Stéphane, Anne, Sylvain, Marie-Odile, Laurence, Anne-Cécile, Mathieu, Philippe, Maximilien, Julien et André) a opté pour la Tarentaise avec location d’appartements (Les Coches-La Plagne) et repas préparés et pris en commun.

Une semaine de beau temps (21/28 février) nous a permis d’atteindre le Mont Rosset (2449m) et l’approche de la Pointe de Cerdosse (2595m), l’Aiguille de Grive (2732m), la Pointe de Combe bénite (2575m) et le Col de Corne noire (2413m), le Mont Jovet (2558m) et le Roc du Bécoin (2594m) et le Col de Charbonnière (2494m).

Superbes paysages, belles randonnées à ski, enthousiasme partagé.

Mont Rosset

Aiguille de Grive

Mont Jovet et Roc du Bécoin

Pointe de Combe bénite et Col de Corne noire

Col de Charbonnière

Superbes paysages, belles randonnées à ski, enthousiasme partagé. CQFD.

Escalade – Orpierre (Octobre 2020)

Quelques jours d’escalade aérée avant le « re confinement »…

Installés au très sympathique camping Les Catoyes (St Colombe), Anne, Sylvain, Marie-Odile, Christophe, Aurélie, Manu, Philippe, Jean-Philippe et moi-même avons parcourus quelques belles grandes voies avant d’être obligés de repartir du fait de la décision gouvernementale de « reconfiner » qui a entraîné la fermeture du camping et l’interdiction de fait de la pratique de l’escalade à compter du 30 novembre.

Nous avons notamment visité, selon les cordées, les voies « La Grotte » (5C), « Brazil » (5C), « Princesse des astres » (6B), « Du cidre pour les étoiles » (6A+), « Dièdre Sud » (5C) dans le secteur Quiquillon, « Merci M’sieur le Maire » (6a), « Merci Madame le Maire » (6a), mix de « Rêve de Papillons » et de « La rondeur des jours » (6b), mix « Cadavre exquis » et « Massacre à la débroussailleuse » (5C) dans le secteur Adrech, couennes les après-midi dans le secteur « 4 heures » Ouest.

Beau temps, superbes couleurs d’automne, voies bien équipées, cotations parfois surprenantes, petits déjeuners et dîners cuisinés dans une salle « hors sac » du camping et… une ambiance excellente.

Cervin

2500 mètres de Cervinia au sommet

Comme pour beaucoup d’alpinistes, le Cervin (Matterhorn, Cervino) était pour nous un objectif « incontournable ». Un créneau météo « idéal » malgré une chute de neige récente était annoncé en ce début septembre. Nous avons décidé, Stéphane et moi, d’en profiter pour tenter ce sommet classique (deux de nos partenaires habituels, Philippe et Sylvain, feront de même quelques jours plus tard). Nous souhaitions éviter l’arête du Hörnli, très fréquentée, et avons donc opté pour la voie italienne: le Cervin par l’arête du Lion.

La montée vers le refuge du Duc des Abruzzes

La montée jusqu’au refuge Carrel, 1800 mètres, est déjà une course de haute montagne. L’itinéraire passe par le refuge du Duc des Abruzzes (Oriondé), la croix Carrel et le col du Lion (3577m) avant d’emprunter les premières cordes fixes sous le refuge.

Le refuge Carrel
Le col du Lion
Du refuge Carrel – A gauche la Dent d’Hérens

L’ascension entre le refuge Carrel (3829m) et le sommet du Cervin (4478m) emprunte les cordes de l’éveil (cordes fixes), des cheminées, des vires, des gradins, des pentes mixtes, puis grâce à la corde (chaîne) de Tyndall gagne l’arête du Pic de Tyndall que l’on longe, par une escalade facile mais soutenue, jusqu’à son sommet. Ensuite, on suit la crête aérienne du Pic de Tyndall (4241m), jusqu’à l' »enjambée » en contrebas qui permet de franchir une brèche et de rejoindre la partie sommitale du Cervin. L’escalade se poursuit en alternance avec les cordes fixes et une échelle (Jordan) jusqu’au sommet italien (le sommet suisse est quelques dizaines de mètres plus loin, une croix étant dressée entre les deux).

La « corde » de Tyndall
Ascension du Pic de Tyndall
Sommet du Pic de Tyndall
Arrivée sur le passage de l' »enjambée »
Paroi sommitale (~250 m)
Corde fixe et échelle Jordan
Cervin – Sommet suisse et croix (vu depuis le sommet italien)

Le cheminement sans être difficile, même si les cordes fixes peuvent être « physiques », est long. L’itinéraire, sans être trop « paumatoire », suppose souvent de chercher un peu. Les « seulement » 650 mètres de dénivelée peuvent s’avérer trompeurs et, sauf à « courir », il faut environ 6 à 7 heures à une cordée n’ayant jamais emprunté cette voie d’ascension et ne commettant pas d’erreur majeure d’itinéraire pour parvenir au sommet. La course est également longue parce que la descente jusqu’au refuge nécessite à peine moins de temps notamment si on a recours à des rappels sécurisants. Une seconde nuit au refuge est donc généralement souhaitable parce que la descente entre le refuge et Cervinia suppose encore six à sept heures de désescalade et de marche alors qu’on a déjà « bien donné ».

Un des nombreux rappels de la descente
Remontée du Pic de Tyndall après l’enjambée
Désescalade
Un des rappels entre le refuge Carrel et le Col du Lion
L’arête du Lion est l’arête de gauche (Ouest)

Une grande course classique! L’accès à cette pyramide de rocher légendaire est une entreprise sérieuse et inoubliable. Un sommet!

Ski de randonnée dans les Ecrins (Freissinières) – Février 2020

undefined

Pour la semaine de ski de randonnée de février (23 février/1er mars), qui a réuni trente-cinq skieurs (certains en initiation, d’autres confirmés), nous avons changé de formule :

undefined

Nous avons loué une grande maison (« Maison des Ribes », dans le hameau des Ribes, à Freissinières) et sollicité deux cuisiniers nancéens (Martial et David) pour nous accompagner. La formule s’est avérée parfaitement adaptée grâce à la compétence et au dévouement de ces « amis nourriciers ». Les repas étaient souvent originaux, toujours copieux et délicieux. Le chalet pouvant accueillir 49 personnes, nous étions à l’aise. Le fait de n’être qu’« entre nous » a  favorisé des relations simples et attentionnées.

undefined

La partie « ski » n’a finalement pas été aussi « mauvaise » qu’on pouvait le craindre du fait d’un déficit de neige (en dessous de 1600 mètres) et d’une météo moyenne pendant la semaine. Nous avons pu sortir chaque jour. Plusieurs groupes, de compositions variables, sont ainsi allés à la Tête des raisins (2655 m), à la Crête de la Poua (2700 m), à la Tête de Dormillouse (3085 m), au Lac Palluel (2468 m), au Vallon et à la Crête de la Selle (2700 m), à la Crête de la Seyte (2637 m).

Quelques images des sorties du groupe « initiation »:

En montant vers le lac Palluel

undefined

.

En montant à la Tête des raisins

undefined

.

Visite à Dormillouse (+ exercices alpinisme)

undefined

.

Puy Saint Vincent

undefined

.

En montant à la Crête de la Seyte

undefined

.

Vers la Crête de la Selle (près de Roche Charnière)

undefined

.

Une belle semaine de ski et d’échanges!

undefined